Vivre avec le VIH en Belgique

En Belgique, on ne meurt plus du VIH grâce aux traitements. Les personnes vivant avec le VIH sont considérées comme des patient·es atteint·es d’une maladie chronique avec laquelle on peut vieillir (20 personnes vivant avec le VIH sur 100 étaient âgées de 50 ans et plus en 2018). Grâce à la prévention combinée, le nombre de nouvelles infections diminue chaque année : 19 213 personnes vivaient avec le VIH en 2018. Parmi elles, 97 % recevaient un traitement antirétroviral et 97 % des patient·es sous traitement depuis au moins 6 mois avaient une charge virale indétectable.

Les traitements

Le traitement contre le VIH (ou antirétroviral) est facilement accessible pour les personnes en ordre de mutuelle et est totalement remboursé. Pour l’obtenir, vous devez être suivi·e dans l’un des Centres de référence VIH du pays. C’est le·la médecin spécialiste du VIH qui vous prescrira vos médicaments. Ensuite, le médecin généraliste peut renouveler vos ordonnances. Vous avez également accès à d’autres services gratuitement (diététicien·ne, tabacologue, psychologue, sexologue, etc.). Si vous n’avez pas de mutuelle, l’accès au traitement reste tout de même possible sous certaines conditions.

Prendre un traitement contre le VIH, c’est bloquer la multiplication du virus dans le corps et, avec le temps, atteindre une charge virale indétectable. Avec une charge virale indétectable, vous ne pouvez plus transmettre le virus : c’est ce qu’on appelle i = i, pour indétectable = intransmissible. Mais attention ! Avoir une charge virale indétectable ne signifie pas que vous êtes guéri·e du VIH, le virus reste présent dans le corps mais en faible quantité. Il faudra donc prendre votre traitement à vie.

Les personnes vivant avec le VIH qui prennent un traitement vivent aussi longtemps que le reste de la population générale, mais en vieillissant, vous pouvez développer plus rapidement certaines maladies (maladies du cœur, des reins, des os, etc.). Pour avoir une bonne santé globale, il est important d’avoir une bonne hygiène de vie mais également de prendre soin de sa santé mentale.

 

Pour plus d’informations sur les traitements, consulter notre brochure dans votre langue

Apprendre et annoncer son statut sérologique

Même si on ne meurt plus du VIH, apprendre son statut est une épreuve. Vous pourriez avoir envie d’en parler à des personnes de votre communauté, tout en craignant de vous faire rejeter. Il est dès lors important de vous poser les bonnes questions :

  • Pourquoi dois-je le dire ?
  • A qui vais-je le dire ?
  • Qu’est-ce que ça peut m’apporter ?

Choisissez bien les personnes à qui vous parlez afin d’éviter toute forme de stigmatisation ou de discrimination. En Belgique, il existe une loi anti-discrimination qui condamne les situations de discrimination fondée, entre autre, sur l’état de santé actuel et futur. Cette loi vous protège, même en cas de discrimination au sein de votre communauté.

N’hésitez pas à vous tourner vers des professionnel·les, ceux qui vous suivent dans votre Centre de référence VIH, mais aussi les travailleurs·euses des associations. Ils·elles pourront certainement vous apporter le soutien dont vous avez besoin.

Il existe un grand nombre d’associations comme la Plateforme Prévention Sida qui peuvent vous aider en vous proposant des services supplémentaires comme des activités de groupe, une écoute attentive et bienveillante, des conseils pratiques, etc.

Pour plus d’informations : associations Migrants

PPS_Outils_Exclusionresteuneréalité_affiches_1-2

Plus d’informations sur la vie avec le VIH  :